Les avantages de la photogrammétrie par rapport aux méthodes traditionnelles

 

Le principal avantage de la photogrammétrie est la facilité et la rapidité avec laquelle les données peuvent être collectées. Grâce à l'utilisation du drone, la photogrammétrie peut aider à capturer des images, à analyser les données pour obtenir les mesures et à les convertir en une carte 3D en moins de temps et à moindre coût.

 

Les techniques photogrammétriques donnent des résultats très précis, ce qui les rend très fiables pour la cartographie ou d'autres usages.

Elles offrent une vue large ou étendue de la zone cartographiée en utilisant les caractéristiques topographiques et culturelles de la surface terrestre. Cela permet à d'autres études d'utiliser plus efficacement les données correspondantes.

Les données recueillies sont permanentes et précises et enregistrent la condition qui existait au moment où les photographies ont été prises, sous forme d'images et de mesures.

Étant donné que les informations recueillies sont permanentes, il est beaucoup plus facile de refaire une enquête ou de réévaluer le site pour obtenir les informations manquantes sans perte de temps.

Grâce à l'utilisation de drones, il est facile de prendre des photos de zones reculées et d'endroits difficiles d'accès avec des dimensions précises. Cela réduit également la menace pour la sécurité de l'équipe qui arpente des endroits qui peuvent être dangereux.

Lors de l'arpentage des routes avec la photogrammétrie, les photos et les mesures peuvent être réalisées sans perturber le flux de circulation ni mettre en danger la vie de l'équipe. Une fois les caractéristiques de la route enregistrées, elles peuvent être utilisées pour la planification de projets à venir.

Vous trouverez ci-dessous une liste des inconvénients liés à l'utilisation de la photogrammétrie :

L'inconvénient majeur est que l'enquête photogrammétrique n'est pas possible en l'absence de lumière. Il ne peut pas projeter sa propre source de lumière, ce qui rend difficile la prise de photos lorsque la source de lumière est faible.

Il ne peut pas être utilisé pour des mesures précises lorsqu'il y a des contraintes de visibilité dans la zone, qui peuvent être causées par des événements saisonniers comme des chutes de neige ou de pluie. S'il y a une végétation ou un couvert végétal qui peut bloquer la ligne de visée de l'appareil photo, la précision de la mesure n'est pas possible.

La précision des mesures dépend fortement de la hauteur de vol et du capteur RVB

L'aspect numérique des relevés photogrammétriques les rend sensibles aux piratages et aux pertes de données dues à des virus, c'est pour cela que chez NS Communication les données sont conservées sur un cloud

La photogrammétrie dans son ensemble a rendu la vie beaucoup plus facile et plus simple dans les différents domaines qui touche le terrestre. Malgré ses quelques inconvénients, les gens profitent des avantages de la photogrammétrie et la collaboration avec les derniers logiciels et technologies a permis d'optimiser son utilisation.

Cartographie

La photogrammétrie est utilisée pour la cartographie des terrains à partir de photos prises à l'aide de drones. Elle permet d'obtenir des images de haute résolution avec une grande précision et dans des délais beaucoup plus rapides. La photogrammétrie permet de prendre des photos verticales et obliques qui permettent d'obtenir une image précise du terrain, ce qui aide à la cartographie 3D d'une zone. Grâce aux photographies aériennes, il est désormais facile d'accéder à des zones difficiles à atteindre pour cartographier le terrain, y compris les zones sous-marines.

Le génie civil

Les techniques photogrammétriques offrent des informations détaillées sur la disposition de la surface terrestre, ce qui est de première importance dans le domaine du génie civil. Grâce aux images et à la représentation en 3D de la zone, il est possible de réaliser une conception précise.  Les cartes photogrammétriques aident également à établir des plans de développement urbain. Elles aident à bien comprendre le terrain afin que les routes et les pistes puissent être planifiées avec précision pour un transport plus facile et adéquat.

Géologie

La photogrammétrie est un moyen très efficace de déterminer les types et les couches de sol. Grâce au nuage de points généré par la photogrammétrie, il est possible de comprendre la forme des roches, leur formation et leur composition. La photogrammétrie est souvent utilisée pour étudier la profondeur et évaluer le volume des lacs ou des rivières. Elle est également utilisée en foresterie pour étudier la végétation et l'épaisseur de la forêt. ( comparer photogrammétrie et lidar )

Archéologie

La photogrammétrie offre une opportunité unique de cartographier une zone en utilisant des photos historiques pour comprendre les structures et la disposition d'un site archéologique. La photographie aérienne est couramment appliquée pour cartographier les vestiges de surface sur les sites de fouilles. La photogrammétrie offre une grande facilité pour cartographier l'archéologie maritime par rapport aux méthodes traditionnelles.

Ingénierie structurelle

L'ingénierie structurelle utilise la photogrammétrie pour surveiller les grandes structures. Il devient avantageux d'utiliser cette technique, car un nombre illimité de points peuvent être considérés pour les mesures et peuvent être traités automatiquement en un rien de temps. La photogrammétrie est utilisée de préférence en raison du conditionnement complet disponible pour prendre des photos et les tracer ensuite sur une image 3D avec une grande précision. Sa facilité d'utilisation, sa taille réduite et sa capacité à prendre des images dans n'importe quelles conditions et sous n'importe quel angle en font une option attrayante pour l'ingénierie et la surveillance des structures. Grâce à la grande précision offerte par les techniques photogrammétriques et les rendus 3D, il est devenu beaucoup plus facile d'évaluer un site et un projet de construction étape par étape. Les options photogrammétriques permettent également de projeter le résultat futur à l'achèvement de la construction.

L'immobilier

L'essor du secteur de l'immobilier ne peut être ignoré. La forte concurrence sur le marché a contraint l'industrie immobilière à mettre en œuvre les dernières technologies pour commercialiser et présenter les visuels saisissants de leurs propriétés. Avec l'aide des drones et des techniques photogrammétriques, les agents immobiliers sont en mesure d'obtenir des photographies prises sous différents angles avec un maximum de précision dans un court laps de temps. Il s'agit d'une méthode rentable pour permettre à l'acheteur de visualiser et de décider.

Médecine légale

En raison de la rapidité et de la précision de ses mesures, la photogrammétrie a un immense potentiel d'utilisation dans les sciences et études médico-légales. Elle est fréquemment utilisée dans les accidents de la route et les cas de blessures accidentelles où la connaissance des moindres détails est de la plus haute importance. La photogrammétrie permet de documenter les mesures exactes avec précision, ce qui est utile et accepté dans les tribunaux.

 

Pour conclure

Pour réussir un projet de relevé photogrammétrique, il faut bien comprendre ses composantes et ses avantages. Avec une planification et une exécution soignées, la photogrammétrie peut être une exploitation réussie. Si la photogrammétrie ne fait pas partie de vos compétences de base, pourquoi ne pas envisager l'externalisation ? Chez NS Communication, nous proposons des services de photogrammétrie spécialisés qui permettent de faire passer la cartographie et l'arpentage au niveau supérieur. Notre expertise, combinée à nos compétences et à la sécurité des informations, peut garantir la réussite d'un projet de photogrammétrie. Apprenez-en davantage sur l'externalisation des services de photogrammétrie dès aujourd'hui.

Lidar ou photogrammétrie : le gagnant ?

 

Lidar ou photogrammétrie, quelle est la meilleure solution, la plus précise, la technologie qui donne les meilleurs résultats ?

Au cours des dernières années, l'un des termes les plus recherchés (en matière d'équipement de topographie) a été Lidar vs Photogrammétrie. Dans le blog d'aujourd'hui, nous avons démystifié les mythes et nous allons vous parler des avantages et des inconvénients des deux technologies.

Le fait est qu'il n'y a pas de réponse facile à la question de savoir laquelle est la meilleure. Cela dépend de tellement de facteurs différents. Sur quel type de projet travaillez-vous ? Votre budget s'inscrit-il dans le cadre d'un investissement permanent dans une stratégie numérique ou êtes-vous en train de vous jeter à l'eau avec ce type de technologie ? C'est pourquoi nous appliquons une approche consultative lorsqu'il s'agit de trouver la meilleure technologie, la plus appropriée, pour nos clients et c'est pourquoi nous revisitons continuellement ce sujet.

matrice 600 lidar

 

Alors, qu'est-ce que la photogrammétrie ?

 La photogrammétrie fait partie des technologies géospatiales. Si les stations totales étaient le grand-père du LiDAR, la photogrammétrie serait l'oncle de l'autre côté de la famille. Plus expérimentée, éprouvée et testée, stable et fiable. Ils ne sont pas directement liés, mais ils sont inexplicablement liés.

La photogrammétrie est née au début du XX siècle, ce qui en fait une discipline assez ancienne. Chaque année, de nouveaux systèmes et processus plus avancés sont inventés, rendant obsolètes les technologies éprouvées. Pourtant, la photogrammétrie reste l'un des outils d'arpentage les plus puissants qui soient.

Le LiDAR est le jeune prodige. Né dans les années 1960 et utilisé à l'origine pour mesurer les nuages, le LiDAR est encore une technologie émergente et en développement. Jusqu'à il y a environ trois ans, les systèmes LiDAR les plus légers pesaient environ 10 kg et devaient être installés plusieurs fois pour couvrir un site de plus de 600 mètres. Aujourd'hui, le LiDAR est un outil léger et très efficace dans la boîte à outils du géomètre progressiste.

Mais, lequel est le meilleur ? Le LiDAR et la photogrammétrie ont tous deux leur place. Tout dépend des résultats escomptés, de votre sujet, de votre budget et, surtout, de la précision requise.

Photogrammetrie nuage de point 

 

Précision de la photogrammétrie ?

 La photogrammétrie utilise des photos pour calculer les mesures, tandis que le LiDAR utilise des lasers. À ce stade précoce, vous pouvez déjà deviner quelle technologie est plus coûteuse et plus complexe à gérer. C'est peut-être la raison pour laquelle le LiDAR n'a pas réussi à mener à bien son projet diabolique de détrôner la photogrammétrie au sommet de la hiérarchie des technologies de topographie.

Si votre budget est limité mais que vous voulez quand même des résultats précis et rapides, vous ne pouvez pas vous tromper avec la photogrammétrie si vous avez la bonne configuration.

Vous en aurez besoin :


drone rtk 300 L1

- Un drone commercial plutôt haut de gamme avec une capacité de charge décente, tel que le DJI Matrice 300 RTK ou le Matrice 600.
- Une caméra de bonne qualité, comme la Zenmuse P1 ou Zenmuse X5S.
- Un logiciel de photogrammétrie, tel que Metashaphe ou Pix4D
- Un pilote de drone formé et.... Une personne ayant une certaine compréhension des résultats que vous souhaitez obtenir. Le logiciel fera le reste.

Grâce aux progrès de l'imagerie numérique, la photogrammétrie est plus précise que jamais. À ce stade, il est important que nous expliquions rapidement la différence entre la précision relative et la précision absolue.

Précision relative - Définie par la précision des éléments individuels sur une carte les uns par rapport aux autres, et non par rapport à leur emplacement physique dans un système de coordonnées.

Précision absolue - Définie par la précision des éléments mesurés sur une carte, une orthomosaïque ou tout autre système de mesure basé sur l'emplacement.

La photogrammétrie est excellente en matière de précision relative, à condition que le chevauchement entre les images soit élevé, que la qualité des images soit bonne et que des points de contrôle au sol (GCP) soient utilisés. En revanche, la précision absolue est plus difficile à atteindre avec la photogrammétrie sans l'utilisation de points de contrôle au sol ou d'un drone équipé de RTK ou PPK.

La précision relative d'un levé photogrammétrique peut être estimée grossièrement entre une et trois fois la distance d'échantillonnage au sol (GSD)*. La GSD est la distance entre deux pixels mesurée sur le terrain, à partir du centre de chaque pixel. Par exemple, si votre GSD est de 15 cm, un pixel de votre photographie représentera 15 cm de couverture au sol. Plus le GSD est faible, plus l'image est claire, et donc plus les résultats sont "précis".

Pour déterminer le meilleur GSD pour votre projet, vous devez prendre en compte la précision dont vous avez besoin. Plus le GSD est faible, plus il y a de données collectées, ce qui signifie plus de temps de traitement. Vous devrez voler plus bas, ce qui signifie non seulement plus de changements de batterie, mais peut également rendre votre planification de vol plus complexe. Si vous êtes limité à une hauteur de vol minimale, comme c'est le cas pour les études d'infrastructures urbaines, DJI GS Pro (Ground Station Pro) a créé un petit calculateur très pratique pour vous aider à déterminer la GSD avant de vous lancer.

Tout cela peut sembler très compliqué, mais en réalité, les levés photogrammétriques sont assez simples et rentables.

 

 Précision du LiDAR ?

Lidar et précision

Les systèmes LiDAR représentent le nec plus ultra de la technologie d'arpentage. Ces systèmes plaqués platine ne connaissent aucune limite lorsqu'il s'agit de collecter des données précises et détaillées. Alors qu'il fallait autrefois une petite équipe et quelques heures pour réaliser le moindre relevé, les systèmes LiDAR sont désormais si légers et si stables qu'ils peuvent être montés sur un drone avec d'excellents résultats. Le LiDAR fonctionne en envoyant des impulsions de lumière à partir d'un laser vers la surface de la terre. Le système LiDAR calcule ensuite le temps nécessaire pour que la lumière soit réfléchie vers l'appareil afin de mesurer la distance. Cette méthode de calcul de la distance est connue sous le nom de principe du temps de vol (TOF) et est similaire à celle utilisée dans les systèmes Sonar. De nombreux systèmes LiDAR sont capables d'émettre des centaines de milliers d'impulsions lumineuses par seconde. Lorsque vous comparez les performances des systèmes LiDAR, vous devez tenir compte de la fréquence des impulsions laser. C'est ce qui détermine le nombre de mesures que vous obtiendrez par seconde et le niveau de détail de vos résultats sans avoir à effectuer plusieurs passages sur la zone cible.

Alors que la photogrammétrie utilise les pixels d'une série de photos assemblées (orthomosaïques) pour créer des cartes et des modèles, le LiDAR collecte et rassemble des "points" qui sont utilisés pour créer une représentation 3D. Connu sous le nom de "nuage de points", ce produit de données haute résolution peut comprendre des dizaines de millions de mesures et plusieurs téraoctets de données.

Le résultat n'est pas toujours une belle image. Contrairement à la photogrammétrie, un nuage de points dérivé du LiDAR ne repose pas sur l'imagerie pour fournir des mesures. En fonction de votre installation, de la capacité de la charge utile et du logiciel, il est possible de combiner l'imagerie colorisée traditionnelle avec un ensemble de données LiDAR pour une meilleure visualisation.

Mais qu'en est-il de la précision ? Le LiDAR est connu depuis longtemps pour sa précision, tant relative qu'absolue, certains fournisseurs de systèmes LiDAR terrestres revendiquant une précision inférieure au millimètre. Mais c'est là que les choses se compliquent.

Avec le drone équipé d'un LiDAR, la précision de vos résultats dépendra de multiples facteurs autres que les points de contrôle au sol et vos GSD. Elle dépendra de votre capteur, de votre système GNSS (Géolocalisation), de votre IMU, de votre sujet et du résultat escompté.

Comparer la précision de la photogrammétrie avec celle du LiDAR dans le but de créer un modèle numérique de terrain. Bien que l'étude photogrammétrique soit sortie largement gagnante en termes de précision du projet, il est important de noter que, dans la conclusion, que le LiDAR peut être utilisé dans tous les levés où la photogrammétrie peut être utilisée, mais pas l'inverse. En raison de sa nature passive, la photogrammétrie est inefficace si la zone cible est couverte par une végétation dense ou si l'objet du relevé présente des caractéristiques étroites qui doivent être mesurées ou contrôlées.

budget dji zenmuse L1P1 

Et le budget ?

Le plus souvent, l'essentiel est le budget. Les systèmes LiDAR ne sont pas seulement devenus plus petits et plus légers, ils sont également devenus moins chers. Il fut un temps où un système LiDAR standard coûtait environ 60 000 € + le prix du drone, les batterie et les logiciels. Comme pour toute technologie, être moins cher signifie parfois se contenter d'une qualité moindre. Pourtant, l'évolution du LiDAR a permis d'obtenir des résultats exceptionnels pour une fraction du prix.
Malgré l'énorme réduction du coût des systèmes de balayage laser, les l'équipements de photogrammétrie restent beaucoup plus économiques. Et le LiDAR n'est probablement le bon investissement stratégique en matière de drones.

Capteurs Zenmuse P1 et L1

Les dernières charges utiles pour le DJI Matrice 300 RTK sont prêtes à changer le visage de l'arpentage aérien.

Le Zenmuse P1 intègre un capteur dit plein format avec des objectifs à focale fixe que l'on peut intervertir sur un cardan stabilisé sur 3 axes. Conçu pour les missions de vol de photogrammétrie, il porte l'efficacité et la précision à un tout autre niveau. Après analyse en détail le capteur P1 et sa comparaison avec d'autres capteurs, le Zenmuse L1 intègre un module Lidar Livox, un IMU de haute précision et une caméra avec un CMOS de 1 pouce sur un cardan stabilisé sur 3 axes. Lorsqu'elle est utilisée avec Matrice 300 RTK et le logiciel DJI Terra, la L1 forme une solution complète qui vous fournit des données 3D en temps réel tout au long de la journée, capturant efficacement les détails net et fournissant des modèles crée très précis.

 

Comment obtenir un plan topographique par drone ?

Un plan topographique est une forme de représentation d'un site ou même d'un objet. Ce plan peut être obtenu grâce à la photogrammétrie qui est une technique qui consiste à se servir d'un drone pour prendre des photos aériennes.

Pourquoi choisir la photogrammétrie ?

Lorsque vous avez un projet qui couvre une grande surface qui est difficile d'accès à l'homme, vous avez forcément besoin d'avoir des précisions avant de démarrer. Et dans ce cas, il n'est pas possible de se mettre personnellement à explorer tout le terrain afin d'obtenir la vue d'ensemble dont vous avez besoin pour réaliser votre projet dans les plus brefs délais. Dans cette situation, vous pouvez obtenir un plan topographique en très peu de temps grâce à un drone qui peut être utilisé sur toutes les surfaces. Avec certains modèles de drones par exemple, vous pouvez obtenir des images époustouflantes et d'une qualité irréprochable. Ensuite, la précision de cet outil vous sera très utile dans ce cas. Et c'est la deuxième raison qui va vous pousser à choisir la photogrammétrie.

En plus de vous offrir des données de très grande qualité, avec un drone vous allez pouvoir effectuer toutes les tâches en très peu de temps. En effet, vous pouvez réaliser des calculs volumétriques en moins de temps que si vous utilisez un GPS par exemple. Avec certains drones, vous pouvez même parcourir 200 hectares par jour. Et enfin, vous avez également besoin d'utiliser un drone pour la simple raison qu'il est financièrement plus accessible. Si vous devez par exemple utiliser un hélicoptère pour réaliser ses travaux, vous allez payer beaucoup plus cher que si vous choisissez un drone. Donc si vous souhaitez réaliser des économies, le drone est la meilleure option.

Comment procéder pour obtenir ce plan ?

Pour réaliser un plan topographique grâce à un drone, il y a plusieurs étapes qu'il faut suivre. Cette technique débute par le levé drone. Nous avons après la captation des vues prises par le drone grâce à des procédés spécifiques Lidar ou photogrammétrie. Et c'est seulement après cela qu'un professionnel va s'occuper du dessin du plan topographique. Car il ne faut certainement pas se contenter de donner aux clients juste des photos séparées prises par un drone.

Alors pour obtenir un plan topographique, vous devez impérativement faire appel à un professionnel. Vous allez commencer par vous rapprocher d'une structure compétente et expliquez votre projet. Avec ce type de structure généralement, vous pouvez obtenir un plan topographique et bien d'autres informations très utiles pour réaliser des projets de terrain. Après avoir donné des détails sur votre projet à la structure, ils vont vous proposer les meilleurs drones qui répondent spécifiquement à vos besoins. Tout ce que vous avez à faire après cela est juste de valider leur choix et d'effectuer le paiement. Ainsi en quelques semaines, vous aurez votre plan topographique.

À qui confier votre projet de plan topographie par drone ?

Pour effectuer ce travail, vous devez faire confiance à une structure professionnelle. En effet, même si au premier abord, un drone a l'air d'être facile à manipuler il faut savoir que ce n'est pas le cas en réalité. Vous devez donc faire confiance à des personnes compétentes qui savent avec précision comment manier un drone. Vous pouvez aussi choisir des structures qui disposent de drones puissants et surtout de dernière génération pour faire vos demandes de topographie à l'aide d'un drone comme In fine.

Cette équipe sera ravie de vous répondre et surtout de discuter avec vous de votre projet afin de vous apporter une aide beaucoup plus personnalisée. Car même si vous demandez un plan topographique comme plusieurs autres clients, votre projet est tout de même unique. Lorsque vous contactez cette structure, vous allez bénéficier d'une oreille attentive parce qu'il est important de pouvoir parler de votre projet en toute liberté. Ensuite, vous allez même pouvoir bénéficier des conseils des professionnels qui sont présents au sein de l'entreprise In fine. Vous allez donc avoir tous les ingrédients réunis pour votre satisfaction.

Un plan topographique à l'aide d'un drone est assez précis et surtout très avantageux sur le plan économique. Si vous avez donc envie de profiter de tous ces avantages cités dans cet article à moindre coût, il faut choisir avec soin la structure qui va travailler sur votre projet. Parce que toutes les structures ne sont pas honnêtes quand il s'agit des prix.

 

Que faut-il savoir sur la cartographie et la modélisation 3D ?

La modélisation 3D facilite aujourd’hui l’obtention des cartes 3D. Si vous avez des projets de constructions s’étalant sur des surfaces nécessitant de la topographie, sachez que c’est la modélisation 3D qui sera utilisée par les professionnelles en vue d’obtenir des plans topographiques précis. Le procédé par lequel est fait la modélisation 3D s’appelle photogrammétrie. Qu’est-ce que la photogrammétrie ? Quel rapport a-t-elle avec la modélisation et la cartographie 3D ? Comment obtenir des plans topographiques par drone ? 

 

La photogrammétrie par drone et orthophoto géoréférencée

Retenez que la photogrammétrie est un procédé par lequel la réalisation de la modélisation 3D et d’images de haute définition d’un élément est possible. La photogrammétrie peut être réalisée sur un objet ou encore sur un bâtiment possédant toutes les informations de géolocalisation requises pour les situer sur une cartographie. Plusieurs étapes sont nécessaires à la réalisation d’une modélisation 3D par photogrammétrie.

                              

L’étape de captation d’orthophoto géoréférencée

Pour réussir cette phase, il est important d’effectuer une demande des autorisations auprès des autorités. Ensuite, le professionnel de la modélisation doit préparer le matériel nécessaire pour effectuer la captation. Il prendra aussi le soin de doubler tout le matériel nécessaire. Par la suite, ce dernier doit procéder à la pose des cibles photogrammétriques. Vous devrez faire appel à un géomètre pour qu’il puisse l’aider à relever ces derniers en utilisant un GPS centimétrique. La phase de captation passe également par l’établissement d’un plan de vol qui prend en considération la définition de l’orthophoto désirée. Les réglages devant être effectués doivent tenir compte de la hauteur du bol, du taux de recouvrement ainsi que de la complexité de la zone à lever. Juste après il faudra que l’expert copie les données collectées pendant la phase de vol. Enfin, il vérifiera les photos, leurs qualités, ainsi que leur nombre dès que la phase de vol est terminée.

L’étape de traitement pour obtenir une orthophoto géoréférencée

C’est au cours de cette étape que l'orthophoto géoréférencée est obtenue. Pour que cela soit une réussite, il faut dans un premier trier les clichés. Par la suite, il faudra assembler les photos à l’aide d’un logiciel permettant de faire de la triangulation professionnelle. Ce logiciel doit disposer d’une licence officielle. Ce qu’il faut faire par la suite est le géoréférencement et l’apport de correction de l’orthophoto. Ensuite vient l’étape où il faut intégrer les cibles photogrammétriques. Dès que cela est fait, l’expert devra exporter les fichiers en tenant compte des exigences du client.

Les applications de la modélisation 3D

Sachez qu’une multitude d’entreprise professionnelle font usage de la cartographie aérienne en 3D. Cela permet de bénéficier de la précision des cartes volumétrique. Grâce à cela, ils ont également la possibilité de procéder à la réalisation de différentes prises de mesures numérique. En matière d’infrastructures immobilières, la modélisation en 3D offre la possibilité de faire le modelage des bâtiments ainsi que d’ouvrages artistiques ayant un gros volume. Dans ce domaine, la modélisation en 3D permet aussi de mesurer les dimensions et de faire du calcul de surface. En ce qui concerne le domaine des travaux publics, la modélisation en 3D permet de réaliser des relevés géométriques de terrains.

Qui peut effectuer de la modélisation en 3D ?

Ce type de modélisation nécessite des prises de vue aériennes. Ainsi, le pilote qui est censé manipuler le drone doit détenir des connaissances spécifiques en pilotage de drone. En effet, ce dernier doit maîtriser parfaitement son drone. Ce dernier doit également pouvoir gérer convenablement le GPS ainsi que l’appareil photographique de haute définition afin qu’il puisse prendre des vues aériennes à des moments déterminés. En plus de tout cela, le pilote se doit de connaître au bout des doigts l’utilisation du logiciel de modélisation des vues aériennes.

Comment obtenir un plan topographique par drone ?

L’obtention d’un plan topographique se déroule également en plusieurs étapes. La toute première fait référence au levé de drone ainsi qu’à la captation des vues aériennes. Pour que cela puisse être possible, l’entreprise chargée de faire le relevé topographique établit dans un premier temps les lignes de vol dans l’objectif de procéder au quadrillage du site. Cela lui permettra également de tirer de ce dernier beaucoup d’images. La deuxième étape consiste à l’assemblage des clichés. Dès que cela est fait, les clichés assemblés sont traités par photogrammétrie et il en ressort un nuage de point. Celui-ci a pour rôle de ne conserver que les informations essentielle. Retenez que l’ortophotos ainsi obtenue constitue la base du plan topographique. C’est en effet grâce à ce processus que les informations importantes sont extraites pour constituer le plan topographique. Il s’agit d’informations telles que les courbes de niveau, le bornage, les parcelles ainsi que les points topographiques.

Photogrammétrie par drone et orthophoto géoréférencée

Pour réaliser une cartographie ou un géoréférencement ou encore une topographie, la photogrammétrie devient indispensable. Grâce aux progrès de la technologie, les professionnels de la photogrammétrie sont en mesure d’utiliser des drones afin de réaliser des orthophoto géoréférencées avec de grandes précisions.

C’est quoi la photogrammétrie par drone

La photogrammétrie est une méthode qui vise à prendre des mesures en se servant d’une parallaxe obtenue entre des photos acquises en fonction de différentes zones de vue. C’est une technique utilisée pour afin de reproduire des reliefs. C’est une technique qui est basée entièrement sur la modélisation implacable de la géométrie des photographies et de leur prise afin de reproduire une copie 3D conforme à la réalité.

La photogrammétrie par drone a pour but de prendre des images aériennes afin de couronner à une reproduction d’un site, d’une région ou d’un objet. Ces images récoltées peuvent être représentées sous forme d’orthophotoplan, de maquette 3D ou encore de plan topographique.

L’usage d’un drone est capital pour les professionnels puisque certaines zones leur sont impraticables ou inaccessibles.

Définition de l’orthophoto géoréférencée

Une orthophoto est un assemblage de photographies aériennes d’une zone, d’un site, etc., qui permet de créer un visuel précis. Ces photos prises sont géoréférencées et obtenues grâce aux drones. Notez que les prises de vues aériennes peuvent être réalisées par les satellites ou autres dispositifs. Mais pour un rendu d’image qualitative, il est important d’utiliser des drones.

Les possibilités d’application de l’orthophoto sont nombreuses. Tout d’abord, il permet de réaliser des photographies utiles aux topographes, mais également aux géomètres. Le but principal de l’orthophotographie est de réaliser un contrôle de chantier. Toutefois, elle est réalisée également dans les zones d’agriculture, de l’aménagement territorial, et de l’urbanisme.

Par ailleurs, l’orthophographie est utile dans le calcul des surfaces, de quantifier avec précision les distances, les angles grâce à un modèle numérique. L’orthophotographie infrarouge permet quant à elle de faire des études thermiques sur différents types de bâtisses.  ( voir les atouts dans divers domaine )

 Quelles sont les étapes de réalisation de l’orthophoto

La réalisation d’une orthophotographie répond à besoin précis et ne s’opère pas sur tous les projets de topographie. Il faut donc une étude approfondie. Dans le cas où la réalisation est possible, vous pouvez passer à la réalisation.

 

leve topo RTK GNSS

L’étape de la captation d’une orthophoto géoréférencée

Pour réaliser la phase de captation, il faut dans un premier temps adresser une demande des autorisations auprès des autorités comme le DGAC, la préfecture avec des drones homologués et assurés. Dans un second temps, vous devez préparer les matériels nécessaires pour la captation. Mais attention, il faut garder le double de chaque matériel en cas de panne. Ensuite, il faut poser les cibles photogrammétriques qui doivent être nécessairement relevées par un géomètre par le biais d’un GPS centimétrique.

Il faut à présent réaliser un plan de vol en considérant la définition de l’orthophoto désirée. Les paramétrages pris en compte sont entre autres la hauteur de vol du drone, le pourcentage de recouvrement horizontal et vertical selon la difficulté de la zone à lever et la focale. Les réglages de l’appareil photo varient de 20 Cm/pixel à une définition centimétrique.

Il faut veiller aux changements de cartes SD à chaque vol et de copier les données enregistrées au cours de l’étape de vol. Pour finir, vous devez vérifier les photos, le nombre et la qualité des images avant de quitter le terrain.

Phase de traitement des données afin d’obtenir une orthophoto géoréférencée

Du moment où vous aviez quitté le terrain, vous devez passer aux traitements. La première étape consiste à trier les images. Par la suite, il faut assembler les images en utilisant des logiciels de triangulation professionnels ayant une licence officielle. En intégrant les cibles photogrammétriques, vous pouvez effectuer le géoréférencement et correction de l’orthophoto. Après cette étape, il faut faire l’exportation des fichiers selon les besoins des clients tout en vérifiant les exports.

À présent, vous pouvez envoyer les fichiers d’orthophotos géoréférencées par le biais d’un serveur sécurisé.

En conclusion, la photogrammétrie par drone et l’orthophoto géoréférencée sont des techniques qui visent à réaliser la topographie, la géoréférencèrent ou la cartographie avec précision, et ceci sous la forme de 3D ou sur une marquette. Pour y arriver, il est capital de suivre certaines étapes capitales que nous avions énumérées.